Ferré rescucité (ou presque)
Date: 29 mai 2008 à 12:16:36
Sujet: Critique Musicale


L'album, le premier, sorti le 26 mai 2008 est déjà célèbre. Mokaiesh, puisqu'il s'agit d'eux, signe un album rock puissant aux phrasé intense.

Cyril Mokaiesh, de son vrai nom, chanteur, écrivain aussi, compositeur et meneur du groupe éponyme, auquel il donne son nom sans prétention narcissique mais parce qu'il résonnait mieux que tous les autres. Poète, évidemment, chante en français. A l'heure où la scène française s'anglicise (the dö, Yael Naïm, Sébastien Tellier, etc.) ou se précise (BB brune, Ridan, Renan Luce, etc.) voici qu'apparaissent quatre garçons dans le vent. Quel vent? Celui du texte incisif sur des rythmes bien armés, sans être au demeurant trop violent à l'écoute.

Ils l'avouent d'ailleurs eux-même, Cyril (chant), Jan (guitare), Alban (basse) et Eric (batterie), ils ont grandi avec Brel, Ferré, Brassens, et se sont découvert d'autres auteurs comme Noir désir - dont on sent l'influence certaine - à l'adolescence. Ecléctique? Un peu, mais pas tant que ça : dans ces hommes d'influence on retrouve cette verve inspirée, ce style à la fois épuré et technique, une voix, des textes et, plus que tout, une attitude : celle d'un homme, d'un groupe, face à son public et face à lui-même. Et c'est beau.
Plus qu'un hommage, pas un plagiat, un renouveau, Cyril écrit, inspiré par ces grands messieurs de la chanson française. Jan, Alban, Eric composent, à leur façon ; une ligne de guitarre, un solo de batterie, un peu de basse, la voix par-dessus, ciselement, formation, la mayonnaise prend, se transforme en vitriol, et le son naît. Et c'est beau.

Le cocktail, d'ailleurs, est détonnant. A la musique inspiré Cantat, Saez ou même, plus récemment, Artic Monkeys ou Kaiser Chief, s'ajoutent les chansons inspirées Férré ou Brel. Ainsi, par exemple, "la pensée" est quasiment parlée, à la manière de Brel ou de Férré, qui se tenaient debout, face à leur public, diatribant dans leur micro. D'une autre influence, "comme elle est belle", par exemple, rappelle un peu "un jour en france", ou "les anarchistes" par le texte et sonne brutte.
Brutte de décoffrage peut-être? Non! Sûrement pas, car, on le sent, chez Mokaiesh la rime est incisive, voire canine, et même si elle est naturelle, elle reste recherchée et acide. Cyril écrit avec l'appétit d'un fauve déchiquetant sa proie, un chat affamé jouant avec elle, étrillant cette langue française avec l'amour et le respect qu'on montre à ceux qui vous nourissent. On sent le travail lié au talent, le culot à l'érudition.
On sent la beauté liée à la puissance. Et on en redemande.

Album : [g]Mokaiesh[/g]
1 Va savoir
2 J'écris
3 Comme elle est belle
4 Si rien ne change
5 On restera dehors
6 Le trait d'union
7 La pensée
8 Je suis pas
9 Gilet pare-balles
10 Entre mes mains
11 Tes états d'âme
12 Cannibale





Cet article provient de Le Café des Amis
http://www.lecafedesamis.com

L'URL de cet article est:
http://www.lecafedesamis.com/modules.php?name=News&file=article&sid=642