Le Café des Amis
Identification ou Inscrivez-vous  ::  Accueil  ::  Votre compte  ::  Forums  ::  le
 
Au Menu
 Menu :

 Accueil

 Recommandez-nous

 Proposez un lien

 Proposez un Evénement du jour

 Soumettre un article

 Contactez-nous

 Chat au comptoir

Actualité :

 

 Cinéma

 

 Interviews

 

 Littérature

 

 Musique

 

 Galeries du Café

 

 Communauté :

 Archives par sujets

 Evénement(s)du jour

 Liens

 Sujets

 Quizz :

 

 Espace Membre (uniquement disponible pour les personnes inscrites) :

 Téléchargement

 Votre compte

 Messages privés

 Administration :

 Comptes Administrateur

 
 
Galeries
 
 
''Glen Or Glenda'' d'Edward Wood Jr.
Critique de cinémaStrawberry a survécu au visionnage de Glen or Glenda d'Edward D. Wood Jr. Il livre pour le Café des Amis sa critique de cette oeuvre du Maître du Nanar.

Etats-Unis – 1953
Réalisé par : Edward D. Wood Jr.
Appréciation : 1/5 - Nul



Résumé

À l’approche de son mariage, Glen (Ed Wood), jeune homme normal en apparence, est en proie à un angoissant dilemme. Amateur de travestissement, il cache en lui une seconde personnalité sans laquelle vivre heureux lui est impossible. Il ne sait alors s’il doit révéler à sa fiancée (Dolores Fuller) la nature de son secret.


Critique

Tout le monde connaît Ed Wood à travers le film biographique que lui a consacré le grand Tim Burton. Beaucoup ont vu, incidemment, le navet absolu du cinéaste maudit, Plan 9 From Outer Space, volontiers désigné comme le pire film de l’histoire du cinéma. Plus rares sont ceux qui ont eu le privilège, en revanche, de découvrir Glen or Glenda, une sorte de drame psychologique loufoque à la sauce Wood. De quoi s’agit-il ? D’un ersatz de docu-fiction en grande partie autobiographique produit par George Weiss et traitant de la vie intérieure des travestis et autres transsexuels. Wood lui-même, pudiquement caché sous le pseudonyme de Daniel Davis, interprète le rôle principal de Glen et se pare malicieusement du pull angora qu’il aimait revêtir dans la vraie vie.

On s’en doute aisément : ce film n’a d’intérêt que dans sa facilité exceptionnelle à repousser les limites du craignos. L’objectif de Wood était sans doute d’ouvrir un débat de société, d’apporter des idées de fond et, finalement, de gommer l’opprobre attaché au fétichisme et aux divers troubles de l’identité sexuelle. Par manque de moyens financiers, d’originalité, de soutien et – disons-le – de talent, l’entreprise ne fut qu’un monstrueux naufrage. L’emploi d’une voix-off et quelques séquences d’explications « médicales » reflètent les velléités documentaires du cinéaste mais se retrouvent éparpillées au fil d’un scénario d’une épatante médiocrité, culminant avec le long passage fantasmagorique où Glen, que ronge le désir refoulé de se fringuer en femme, est hanté par les images réunies de sa fiancé, du diable et de streap-teaseuses douteuses. Pour couronner le tout et ôter à Glen or Glenda le peu de crédibilité que le film pouvait éventuellement posséder, Wood s’est cru obligé de refiler un bout de rôle à Bela Lugosi, alors en fin de parcours, pour incarner une sorte de scientifique fou qui « tire les ficelles » de l’histoire et décide du bien et du mal. Dans quelle optique ? On ne le saura jamais. En tout cas, cette mise en scène pitoyable a permis de mettre Lugosi en tête du générique, qu’importe le mélange des genres. Bref, encore un vrai chef-d’œuvre à l’envers d’Ed Wood… Avis aux collectionneurs !
Proposé par : Strawberry
 
 
Liens connexes
· Plus à propos de Critique de cinéma
· Nouvelles transmises par Strawberry


L'article le plus lu à propos de Critique de cinéma:
je vais bien ne t'en fait pas

 
 
Article Rating
Average Score: 0
Votes: 0

Please take a second and vote for this article:

Excellent
Very Good
Good
Regular
Bad

 
 
Options

 Format imprimable Format imprimable

 
:: noteBored phpbb2 style by boo :: PHP-Nuke theme by www.nukemods.com ::



PHP-Nuke Copyright © 2004 by Francisco Burzi.
Logiciel gratuit que vous distribuer librement en respectant la licence GPL.
PHP-Nuke et distribué sans aucune garantie, pour plus de détails veuillez consulter la licence. phpnuke-europe pour la France

Les commentaires quand à eux, sont sous la responsabilité de ceux qui les écrivent. Tout le reste © 2000 by Café Des Amis.
page générée en 0.19 S