Le Café des Amis
Identification ou Inscrivez-vous  ::  Accueil  ::  Votre compte  ::  Forums  ::  le
 
Au Menu
 Menu :

 Accueil

 Recommandez-nous

 Proposez un lien

 Proposez un Evénement du jour

 Soumettre un article

 Contactez-nous

 Chat au comptoir

Actualité :

 

 Cinéma

 

 Interviews

 

 Littérature

 

 Musique

 

 Galeries du Café

 

 Communauté :

 Archives par sujets

 Evénement(s)du jour

 Liens

 Sujets

 Quizz :

 

 Espace Membre (uniquement disponible pour les personnes inscrites) :

 Téléchargement

 Votre compte

 Messages privés

 Administration :

 Comptes Administrateur

 
 
Galeries
 
 
Jimmy
NouvelleRinga vous présente sa deuxième nouvelle après La Molécule Du Chimiste.

Jimmy est une nouvelle inspirée par la chanson "Longview" de Green Day

Bonne lecture

Il est 6 heures du matin à Minneapolis et Jimmy est déjà devant la télévision. Il n’est même pas certain d’avoir quitté sa place de la nuit. Il se souvient avoir vu Chris et Jerry, ses colocataires, aller se coucher. Mais juste après, il a repris une dose de LSD et ne se souvient plus de rien.

- Tu ne l’as pas déjà vue cette émission ? Lui avait demandé Chris

- C’est possible. Avait-il répondu les yeux dans le vide

- Tu ne crois pas que tu ferais mieux d’aller te coucher ?

- Non, je reste encore un peu.

Chris avait renoncé et était parti. Ce n’était pas la première fois qu’il lui faisait ce genre de réflexion et ça n’avait jamais donné de résultat. Cela faisait longtemps qu’il avait commencé à se droguer. Mais il avait commencé par des drogues plus douces. Ses deux amis l’avaient suivi au début, ils trouvaient ça drôle. Ils avaient réussi à s’en passer au moment où cela devenait trop dangereux. Mais pas Jimmy.

En se levant, Jerry le vit là, assis dans le canapé, semblant regarder la télé. Il avait d’énormes cernes sous les yeux et il sentait la transpiration. Il s’inquiétait de son état depuis longtemps avec Chris. Ils lui avaient déjà proposé leur aide à plusieurs reprises, mais il avait toujours refusé. Ils ont aussi essayé la manière forte. Ils lui avaient enlevé ses doses de forces, mais il en cachait dans la maison et ils ignoraient où.

Aujourd’hui, ils partent tous les deux en déplacement pour leur travail pendant une semaine. Cela n’arrangeait rien à leur inquiétude. Au contraire, laisser Jimmy seul, livré à lui-même, était plus qu’inquiétant.

- Tu es sûr que tu t’en sortiras ? Tu ne veux pas qu’on appelle quelqu’un qui pourrait rester avec toi ?

- Ca va, je suis un grand garçon, je me débrouillerai tout seul. Avait-il répondu d’un air qui se voulait rassurant

Ils étaient donc partis, laissant Jimmy regarder pour la quatrième fois la même émission que la veille. Le premier jour, il fit l’effort de se lever pour prendre ses trois repas du jour. Le deuxième et le troisième jour, il sauta le déjeuner. Et le quatrième jour, il ne mangea plus. Cette période de jeûne et cette solitude le fit réfléchir. Il était entrain de descendre bien bas, et il n’en sortirait pas seul, Chris et Jerry avaient raison.

Le téléphone sonna alors, et il bondit dessus. C’était sa mère.

- Salut m’man, je suis content de t’entendre.

- Jimmy, t’es encore à la maison ? Mais je t’avais dit de chercher un boulot ! Et comment c’est passé ton entretien de la semaine dernière ?

- Ils n’ont pas voulu de moi. Ils ont dit qu’ils voulaient quelqu’un de responsable.

- Je le savais ! Tu te rends compte que je t’obtiens des rendez-vous et que tu foires tout à chaque fois ?…

Et ça continua. Il ne voulait même plus essayer de la contredire, il écoutait en se taisant. Quand elle eut fini, il raccrocha et regarda le téléphone fixement en espérant qu’il sonne à nouveau. Après une heure passée à le regarder, il se rappela que lui aussi avait la possibilité de contacter quelqu’un. Il chercha le numéro d’une personne qu’il voulait entendre plus qu’une autre : sa petite-amie. Il tapa le numéro et attendit impatiemment. Quand il entendit sa voix, il fut rassuré.

- Jimmy ? T’as une voix bizarre ! Tu t’es encore shooté ?

- Je me demandais si tu pouvais pas venir me voir. On pourrait sortir quelque part…

- Je t’avais dit d’arrêter ! S’emporta-t-elle

- C’est pas aussi facile que tu ne le crois.

- Ben non parce que moi je n’ai jamais commencé.

- S’te plait, on va pas recommencer. Tu peux venir ?

- Mais j’ai un travail, moi. Je ne passe pas mes journées à glander devant la télé. Tu l’as oublié peut-être ? Et puis si tu veux sortir, tu es assez grand pour le faire tout seul !

- Non. J’crois que j’arriverai pas tout seul. Est-ce que tu peux venir dès que tu peux ?

- J’essayerai. Bon maintenant, je raccroche sinon je vais me faire engueuler par mon patron. A plus.

- Je t’aime…

Elle ne répondit rien et raccrocha. Il se sentit mieux l’espace d’un instant avant de remarquer qu’il était de nouveau seul. Il n’aurait jamais du accepter de rester ainsi pendant une semaine. Il ne comprenait même pas pourquoi il continuait à se droguer, il ne planait même plus. Il prit conscience de son erreur et il se dirigea dans l’entrée de la maison avec la ferme intention de sortir. Il ouvrit la porte, s’avança et respira profondément. Il y avait longtemps qu’il n’avait plus senti le vent souffler. Pour la première fois depuis des mois, il se sentait bien. Mais ce fut de courte durée. Quand il s’aperçut qu’il était toujours seul, il fut pris d’un vertige et dut rentrer rapidement. A l’intérieur il retrouva cette atmosphère chaude et oppressante, mais ses vertiges disparurent. Il avait raison, il n’y arriverait pas seul.

Il attendit sa copine tout l’après midi. A 4 heures, elle finissait sa journée de travail, il s’en souvenait. Il attendit une heure, puis deux heures. Peut-être avait-elle quelque chose à faire avant. Et il continua l’attente. Il y croyait jusqu’au moment où il la vit passer à l’angle de la rue. Il pensait quelle arrivait enfin, mais il remarqua qu’elle était avec un homme. Il crut d’abord à un ami, mais il lui sembla que cet ami se tenait trop rapproché d’elle. Jimmy vit qu’il avait l’intention de tourner dans la rue où il était. Mais elle refusa montrant d’un signe de tête Sa maison. Et à ce moment précis, toute sa motivation s’envola. Il attrapa sa drogue et en pris une double dose. Il ne souvint plus de rien par la suite.

Quand il se réveilla, il était entouré de machines qui émettaient un bruit régulier. Il vit une femme habillée de blanc lui sourire et partir dans le couloir. Il vit alors Chris et Jerry entrer dans la pièce.

- Il est très faible, ménagez-le. Dit la femme en blanc

- T’as l’air en pleine forme mon vieux ! Dit Chris, sans avoir l’air très convaincu de ce qu’il disait.

Mais l’état de Jimmy était trop avancé, il n’entendait plus rien. Il regardait dans le vide et ne comprenait pas ce qui lui arrivait. Il ne savait pas qui étaient ces gens autour de lui, il ne savait même plus qui il était. Il ne comprenait pas non plus ce qu’il faisait là. Il arracha les tuyaux qu’il avait dans le poignet et s’apprêtait à quitter son lit. Mais, pour une raison qu’il ignorait, les trois personnes présentes l’en empêchèrent et il du se recoucher et laisser la femme en blanc lui remettre les tuyaux. Elle les avaient mal remis et maintenant ça le gênait. Mais ils l’avaient attaché à son lit pour éviter une récidive, il ne pouvait donc rien faire.

Après un quart d’heure, les deux hommes partirent en disant de ne pas s’inquiéter, qu’il s’en sortirait. Mais s’inquiéter de quoi ? Il se sortirait de quoi ? Jimmy ne le savait pas. Il était seul à présent et l’infirmière lui avait allumé la télévision. Elle avait choisi une émission de divertissement. Jimmy reconnu cette émission, c’était la seule chose dont il pouvait se rappeler à ce moment. Il l’avait déjà vue au moins quatre fois. Elle lui rappelait de mauvais souvenirs mais il ne savaient pas pourquoi. Il essaya quand même d’attraper la sonnette pour appeler l’infirmière. Mais il était attaché. Il lutta tout de même, mais ça ne donnait aucun résultat. Il continua et les tuyaux qu’il avait à son poignet se coincèrent dans le tiroir mal fermé de sa table de nuit. Il essaya de s’en dégager, mais à ce moment, les tuyaux, mal rattachés, s’enlevèrent. Il essaya de les rattraper, sans succès. Il essaya alors d’attraper la sonnette mais elle était toujours trop loin.

Son corps fut retrouver le lendemain par l’infirmière de jour. L’infirmière de nuit fut licenciée pour faute professionnelle. Chris et Jerry furent prévenus. C’était fini.

L’horloge sonna 11 heures du soir. Jimmy vit alors les visages de Chris et Jerry. Ils étaient dans leur maison et avaient l’air de s’amuser. Jimmy se pinça, il était bien vivant.

- Ca va vieux ? Demanda Jerry

Jimmy remarqua qu’il était entrain de fumer du cannabis. Il vit que Chris en faisait autant et, comble de l’horreur, il remarqua que lui-même tenait une cigarette allumée dans sa main.

- Ca fait un quart d’heure que tu dis plus rien et que tu regardes dans le vide. J’ai failli prendre ta cigarette, je croyais que tu n’en voulais plus… Dit Chris avant d’éclater de rire

Jimmy n’avait pas rêvé, il ne dormait pas. Il comprit la situation. Il posa sa cigarette dans le cendrier et se jura de ne plus jamais y toucher de sa vie. Chris et Jerry le regardèrent d’un air interrogatif. Va-t-il y arriver ? Ou le destin prendra-t-il le pouvoir ?



FIN
Proposé par : Ringa
 
 
Liens connexes
· Plus à propos de Nouvelle
· Nouvelles transmises par Administrateur


L'article le plus lu à propos de Nouvelle:
Le Syndrome Boulanger

 
 
Article Rating
Average Score: 0
Votes: 0

Please take a second and vote for this article:

Excellent
Very Good
Good
Regular
Bad

 
 
Options

 Format imprimable Format imprimable

 
 
Sujet(s) associé(s) à l'article

Nouvelle
 

:: noteBored phpbb2 style by boo :: PHP-Nuke theme by www.nukemods.com ::



PHP-Nuke Copyright © 2004 by Francisco Burzi.
Logiciel gratuit que vous distribuer librement en respectant la licence GPL.
PHP-Nuke et distribué sans aucune garantie, pour plus de détails veuillez consulter la licence. phpnuke-europe pour la France

Les commentaires quand à eux, sont sous la responsabilité de ceux qui les écrivent. Tout le reste © 2000 by Café Des Amis.
page générée en 0.22 S