Le Café des Amis
Identification ou Inscrivez-vous  ::  Accueil  ::  Votre compte  ::  Forums  ::  le
 
Au Menu
 Menu :

 Accueil

 Recommandez-nous

 Proposez un lien

 Proposez un Evénement du jour

 Soumettre un article

 Contactez-nous

 Chat au comptoir

Actualité :

 

 Cinéma

 

 Interviews

 

 Littérature

 

 Musique

 

 Galeries du Café

 

 Communauté :

 Archives par sujets

 Evénement(s)du jour

 Liens

 Sujets

 Quizz :

 

 Espace Membre (uniquement disponible pour les personnes inscrites) :

 Téléchargement

 Votre compte

 Messages privés

 Administration :

 Comptes Administrateur

 
 
Galeries
 
 
Biographie des Who
Biographie MusicaleGroupe mythique des années 1960 et 1970, The Who a malgré tout échoué là où Stones et Beatles ont réussi à merveille : conserver sa célébrité à travers les décennies, séduire de nouvelles générations. Pourtant, la verve créatrice et le style tapageur de cette formation mods n’a rien perdu de sa superbe en ce début du XXIe siècle : retour sur l’Histoire commune de Pete Townshend, Roger Daltrey, John Entwistle et Keith Moon.


1961-1964 : À la recherche de l’identité
Au début des années 60’, alors que l’Angleterre est dépassée par le phénomène Beatles, bien des formations musicales tentent à leur tour de lever la tête. À l’ascension du rock, quatre jeunes londoniens tentent d’imposer le style mods. Un temps appelé « The Detours » (en 1961) et « The High Numbers », le petit groupe formé par Roger Daltrey (chant), John Entwistle (basse), Pete Townshend (guitare) et Keith Moon (batterie) arbore à partir de 1964 sa dénomination finale, simpliste et frappante à la fois : The Who.
Les débuts des Who sur scènes défraient régulièrement la chronique : les concerts s’achèvent généralement par une destruction totale du matériel (Townshend écrase sa guitare à terre, Moon perce ses caisses) qui n’est pas sans annoncer les débordements violents qui deviendront plus tard la caractéristique des manifestations punks. Mais au-delà du style et des personnages, il reste un genre : et les Who, indiscutable, vont s’inscrire dans la mouvance pop/rock des sixtees, quelque part entre la douceur des Beatles et l’attrait provocateur des Stones.

1964-1971 : La montée en puissance des Who
En 1964 sort le premier 33 tours du groupe My Generation, dont la chanson éponyme, chant de jeunesse et de cynisme, contient le fameux vers « j'espère mourir avant de devenir vieux ». Le ton est donné ; les riffs terrifiants de Pete Townsend font écho à la voix puissante de Daltrey ; Keith Moon, musicien de transe, exploite percussions et batterie aux limites de leurs possibilités. Plus flegmatique, l’excellent John Entwistle contribue au son « Who » par un jeu de basse particulièrement créatif.
Les hits s’enchaînent (My Generation, Circles, Happy Jack…) et la place des Who dans l’univers du rock (convergeant peu à peu vers le mouvement hippie) s’élargit. Dès 1967 et l’excellentissime The Who Sell Out, le groupe s’épanouit dans la réalisation d’un album concept humoristique et osé. Mais c’est l’année suivante seulement qu’il entrera de plein pied dans l’Histoire de la musique avec la sortie du premier opéra-rock, le célèbre Tommy, contant l’existence d’un adolescent sourd, aveugle et muet à qui la drogue révèle ses sens oubliés. Ce double album, d’une rare qualité mélodique, est accueilli avec triomphe. Plébiscités en concert, les Who n’hésitent pas à interpréter intégralement l’œuvre devant des foules de fans toujours plus importantes. En cette année 1968, ils font également une apparition remarquée au Festival de Woodstock où ils interprètent plusieurs titres dont certains issus de leur album Tommy.
En 1971, les Who atteignent, selon de nombreux observateurs, l’apogée de leur carrière : l’album Who’s Next (conçu sur les ruines de Lifehouse, projet avorté d’opéra-rock) devient une référence absolue, un chef-d’œuvre incontournable tout autant que symbolique. L’utilisation intelligente des synthétiseurs et le « punch » absolu des quatre musiciens, leurs talents exacerbés en parfaite adéquation, aboutissent à la création de titres phares : Baba O’Riley, Won’t Get Fool Again, Behind Blue Eyes…Plus populaires et reconnus que jamais, les Who produisent des chansons plus en plus abouties, et leur ascension constante semble ne pas connaître de limites.

1971-1982 : Le crépuscule des Who
Ce n’est plus l’ambition qui fait défaut à Pete Townshend, la plume géniale du groupe, et ses trois complices. Après le succès de Who’s Next, voici le groupe lancé dans l’écriture d’un nouvel opéra-rock qu’ils comptent bien interpréter une fois encore sur les scènes du Monde entier. Deux ans de travail plus tard, le double LP Quadrophenia représente la synthèse de leur art et un retour aux sources. L’œuvre conte l’histoire d’un jeune mods en proie au mal de vivre, dans une société hostile ou les rockeurs sont ses ennemis jurés ; seul l’amour pourra le guérir de tous ses maux. Parfois décrié, parfois aussi perçu comme l’amorce de la chute d’un groupe de légende, Quadrophenia est sans doute bien davantage qu’un « Tommy-raté ». Ce double album, à qui il manque à l’évidence la force ravageuse d’un Who’s Next ou la cocasserie délirante d’un Tommy, n’en est pas moins un grand disque sombre, profond, merveilleusement bien écrit (Townshend est au sommet de son art), et interprété avec une profonde conviction et sincérité par les quatre amis de Londes.
Il n’en demeure pas moins que le ciel s’assombrit rapidement au-dessus de leurs têtes. L’album The Who By Numbers, sorti en 1975, trahit la grande fatigue du groupe, notamment de Townshend qui sombre dans la drogue et l’alcool. L’anecdotique Who Are You de 1978, marqué par une utilisation outrancière de synthétiseurs et d’accords agressifs, sera le dernier disque enregistré avec Keith Moon. Ce dernier décédera malheureusement le 7 septembre 1978, victime d’une overdose.
La disparition du batteur prodige plonge les Who dans le doute. Après avoir un temps envisagé (selon certaines sources) d’engager Ringo Starr, ils ouvrent finalement les bras à Kenny Jones. Avec lui, ils enregistreront encore deux albums en studio : Face Dances en 1981 et It’s Hard l’année suivantes, contenant quelques bonnes chansons (You Better You Bet pour le premier, Eminence Front pour le second) qui n’atteignent toutefois pas le génie de I’m Free, Pictures Of Lily, Bargain

1982-2004 : La scène pour unique souvenir
Après l’échec patent de l’album It’s Hard, Roger Daltrey, John Entwistle, Pete Towshend et Kenny Jones préfèrent multiplier les concerts dans les années 1980. Le double-disque live Who’s Last, dont la pochette représente un drapeau britannique en feu, sort en 1984. Vingt ans durant, entre 1982 et 2002, les Who piétineront les scènes du monde entier, sans autre ambition que de ravir leurs fans nostalgiques. Jamais un retour en studio ne sera sérieusement envisagé.
Le 27 juin 2002, à la veille d’une grande tournée américaine, John Entwistle décède brutalement dans sa chambre d’hôtel de Las Vegas (en charmante compagnie diront les mauvaises langues). La nouvelle est grave, mais Townshend et Daltrey choissent de ne rien annuler et de le remplacer immédiatement pour assurer leurs dates vaille que vaille… C’est ainsi que le groupe, quelque peu par hasard, a survécu à la disparition d’un second membre formateur.

Depuis 2004
La nouvelle formation du groupe, comprenant Roger Daltrey, Pete Townshend, Pino Palladino (basse) et Zak Starkey (batterie) poursuit ses inlassable tournées. Mais les déclarations ne cessent de se multiplier à propos d’un « vrai retour » des Who ! En 2004, deux nouvelles chansons sont enregistrées Old Red Wine et Real Good Looking Boy, publiées dans une très belle compilation chez Polydor : Then And Now : 1964-2004.
Alors que l’on croyait à la parution du nouvel album dès 2005 (notamment à la suite des rumeurs concernant l’enregistrement d’un certain Who2, titre de travail sans doute), Pete Townshend promet à ses fans de retourner sérieusement en studio dès l’automne 2006, après une tournée mondiale qui conduira le groupe en France notamment.

À suivre…
Proposé par : Strawberry
 
 
Liens connexes
· Plus à propos de Biographie Musicale
· Nouvelles transmises par Administrateur


L'article le plus lu à propos de Biographie Musicale:
Alain Souchon

 
 
Article Rating
Average Score: 5
Votes: 1


Please take a second and vote for this article:

Excellent
Very Good
Good
Regular
Bad

 
 
Options

 Format imprimable Format imprimable

 
 
Sujet(s) associé(s) à l'article

Biographie Musicale
 

:: noteBored phpbb2 style by boo :: PHP-Nuke theme by www.nukemods.com ::



PHP-Nuke Copyright © 2004 by Francisco Burzi.
Logiciel gratuit que vous distribuer librement en respectant la licence GPL.
PHP-Nuke et distribué sans aucune garantie, pour plus de détails veuillez consulter la licence. phpnuke-europe pour la France

Les commentaires quand à eux, sont sous la responsabilité de ceux qui les écrivent. Tout le reste © 2000 by Café Des Amis.
page générée en 0.20 S