Le Café des Amis
Identification ou Inscrivez-vous  ::  Accueil  ::  Votre compte  ::  Forums  ::  le
 
Au Menu
 Menu :

 Accueil

 Recommandez-nous

 Proposez un lien

 Proposez un Evénement du jour

 Soumettre un article

 Contactez-nous

 Chat au comptoir

Actualité :

 

 Cinéma

 

 Interviews

 

 Littérature

 

 Musique

 

 Galeries du Café

 

 Communauté :

 Archives par sujets

 Evénement(s)du jour

 Liens

 Sujets

 Quizz :

 

 Espace Membre (uniquement disponible pour les personnes inscrites) :

 Téléchargement

 Votre compte

 Messages privés

 Administration :

 Comptes Administrateur

 
 
Galeries
 
 
les clous de girofle
essais
Client : Alors comme ça, mon bon monsieur, vous ne vendez que des clous de girofle dans votre boutique ?

Vendeur : Exactement. Je suis, comment dire, le spécialiste du clou de girofle.

Client : Et vous arrivez quand même à gagner votre vie dans cette spécialité très spéciale ?

Vendeur : Non ! Mais quelle importance ? J’ai hérité à l’âge de 20 ans d’une grosse fortune. Je n’ai pas besoin de ce commerce pour vivre.

Client : C’est, en quelque sorte, une passion.

Vendeur : Exactement.

Client : Mais je ne comprends pas ! Pourquoi vous installer dans un petit village de 200 âmes ?

Vendeur : Ah non ! Il était hors de question que je m’installe en ville. Pensez donc, en ville je ferais bien dix ou quinze clients par jour. Et comme j’ouvre de neuf heure du matin à dix-sept heures de l’après midi, ça me ferait dans les, comptons bien, deux clients par heure. Je n’aime pas les cadences infernales !

Client : Oui mais ici, dans ce petit village…quand un ménage achète un flacon avec 50 grammes de clous de girofles, il en a bien pour deux ans avant de le finir. C’est que c’est très particulier le clou de girofle, ça ne se met pas partout sinon ça lasse.

Vendeur : Oh mais n’allez pas croire ça ! Je vends tout de même un flacon par semaine. Ca fait une moyenne de un flacon par an par ménage. Et puis, nous avons du passage tout de même : c’est pas le bout du monde Grogny sur Ploque. Vous-même, si je ne m’abuse, vous êtes de passage.

Client : Exactement, je suis de passage ! Et je me disais, à juste titre : « Firmin… » (Car je m’appelle Firmin voyez-vous)…

Vendeur : Enchanté. Moi c’est Léopold. Où en étiez-vous ?

Client : Ah oui ! Je me disais, en traversant ce joli village de Grogny sur Ploque : « Firmin, t’es à court de girofles ».

Vendeur : Quelle chance extraordinaire. Justement j’en vends.

Client : Certes ! Mais j’étais loin de me douter que vous ne vendiez que ça ! C’est assez unique. Vous devez sans doute être le seul au monde.

Vendeur : Oh mais je vous vois venir vous avec vos gros sabots ! Vous vous dites : et pourquoi ce brave Léopold ne vendrait-il pas également du poivre et du sel pour arrondir ses fins de mois ? Et pourquoi pas du curry t’en qu’on y est ? Sachez monsieur, comme je vous ai déjà dit, je n’ai rien à arrondir du tout. J’ai une clientèle fidèle et j’en suis heureux. Je n’ai pas envie d’embrouiller l’esprit de cette belle clientèle par une diversité absurde dont ils risqueraient de mal interpréter les proportions dans leurs préparations culinaire. Je dis non au modernisme à tout vent.

Client : Mais c’est tout à votre honneur monsieur Léopold, excusez mon impertinence et ma véhémence.

Vendeur : Ce n’est pas de votre faute. On voit bien que vous n’êtes pas du coin.

Client : Et votre dame, elle pense quoi d’un mari marchand de clous de girofle?

Vendeur : Elle est très heureuse ma femme. Elle vend des choux rouges dans le village voisin, à Blaquemont.

Client : Elle vend des légumes ?

Vendeur : Ah mais j’ai pas dit ça ! J’ai dit qu’elle vendait des choux rouges. Elle ne vend que ça.

Client : C’est une tradition familiale de vendre un produit unique et uniquement ce produit ?

Vendeur : Ma sœur vend des pommes dans un autre petit village de la région. Ca vient de mon arrière grand père cette idée. Il a fait fortune avec ça. C’est de lui que me vient l’héritage. Il vendait des bouchons d’évier en diamètre de cinq. Rien d’autre ni dans un autre calibre. Il y avait plus de débouchés en ce temps là.

Client : C’est votre arrière grand père qui a ouvert la voie.

Vendeur : Vous avez tout compris.

Client : Remarquez tout de même que les personnes qui souhaitent cuisiner du chou rouge aux pommes avec l’un ou l’autre clous de girofle pour aromatiser doivent faire quelques kilomètres pour réunir tous les ingrédients.

Vendeur : Ca leur prend la matinée si il n’y a pas d’embouteillages. Et ici, vous savez, il n’y a jamais d’embouteillages. Et puis les gens ont plus facile d’acheter un bocal tout prêt au supermarché du coin. Ce n’est pas parce qu’ils n’habitent pas en ville qu’ils sont débile vous savez !

Client : Oui. Ou alors ils mangent autre chose.

Vendeur : Peu importe. Ce n’est pas mon problème. Moi je vends des clous de girofles. Il y a bien des gens qui ne vendent qu’une seule marque de voiture. Alors pourquoi pas ne vendre qu’une seule épice, je ne comprends pas ce qu’il y a d’extraordinaire.

Client : Oui, au fond, vous n’avez pas entièrement tord. Et puis vous n’allez pas donner une voiture en cadeau à l’achat de 50 grammes de clous de girofles.

Vendeur : Remarquez, j’y avais pensé il y a quelques années. Mon comptable m’en a dissuadé. Vous savez, ces hommes d’argent, leur but est d’engranger un maximum de bénéfices. Mais là, à première vue, ce n’était pas viable.

Client : Ah ces comptables ! Toujours prêt à enfoncer le clou ! Il a sans doute pensé que vous étiez un peu marteau.

Vendeur : Sans doute mais moi je m’en fiche. Celui à qui ça ne plait pas va acheter ses clous de girofle ailleurs. Et puis je m’y retrouve bien : j’ai un ami qui vend des voitures. Et il offre 50 grammes de clous de girofles à l’achat d’une voiture. La boucle est bouclée.

Client : La ceinture est bouclée vous voulez dire. Il vend beaucoup de voiture ?

Vendeur : Non. Une tout les quinze ou vingt ans.

Client : Quoi ? Pas plus ?

Vendeur : Et bien non. Vous savez, une Roll’s, quand on en a une…et puis la demande n’est pas énorme dans le coin.

Client : Je m’en doute. Il y a à peine mille habitants dans les cinquante kilomètres à la ronde. Déjà vendre une marque plus démocratique ne doit pas être évident, mais vendre des Roll’s c’est hallucinant.

Vendeur : Et alors ? Ce n’est jamais qu’une voiture.

Client : Oui mais tout de même. Il n’a pas choisi la plus facile à vendre.

Vendeur : Oh mais vous savez, aucune marque n’est facile à vendre à cause de la demande, comme vous dites. Alors, t’en qu’a pas en vendre, autant se faire plaisir.

Client : Evidemment, vu comme ça.

Vendeur : Bon, dites, ce n’est pas que je n’aime pas causer mais je dois faire mon inventaire.

Client : Ne me dites pas que vous devez compter tous les clous de girofles ?

Vendeur : Et bien si. J’aime l’exactitude et je dois rendre des comptes à l’état. « Ils » sont très pointilleux et je ne tiens pas à avoir un contrôle fiscal.

Client : Bien bien. Je m’en vais. Quand j’aurais besoin de clous de girofles, d’ici deux ou trois ans, je repasserais chez vous. Promis. Au revoir.

Vendeur : Mais au revoir cher monsieur. Et au plaisir.
Proposé par : phil
 
 
Liens connexes
· Plus à propos de essais
· Nouvelles transmises par Administrateur


L'article le plus lu à propos de essais:
les clous de girofle

 
 
Article Rating
Average Score: 0
Votes: 0

Please take a second and vote for this article:

Excellent
Very Good
Good
Regular
Bad

 
 
Options

 Format imprimable Format imprimable

 
 
Sujet(s) associé(s) à l'article

essais
 


 
Re: les clous de girofle (Score: 1)
par Snakeloup (http://www.lecafedesamis.com) le 16 novembre 2005 à 22:15:37
(Profil Utilisateur | Envoyer un message)
Phil égal à lui-même : absurde et décalé... on se régale de cet esprit, assaisoné -tient, comme par hasard- au vitriol et, ne serait-ce pas dans l'air comme un parfum de girofle?


 
:: noteBored phpbb2 style by boo :: PHP-Nuke theme by www.nukemods.com ::



PHP-Nuke Copyright © 2004 by Francisco Burzi.
Logiciel gratuit que vous distribuer librement en respectant la licence GPL.
PHP-Nuke et distribué sans aucune garantie, pour plus de détails veuillez consulter la licence. phpnuke-europe pour la France

Les commentaires quand à eux, sont sous la responsabilité de ceux qui les écrivent. Tout le reste © 2000 by Café Des Amis.
page générée en 0.24 S