Le Café des Amis
Identification ou Inscrivez-vous  ::  Accueil  ::  Votre compte  ::  Forums  ::  le
 
Au Menu
 Menu :

 Accueil

 Recommandez-nous

 Proposez un lien

 Proposez un Evénement du jour

 Soumettre un article

 Contactez-nous

 Chat au comptoir

Actualité :

 

 Cinéma

 

 Interviews

 

 Littérature

 

 Musique

 

 Galeries du Café

 

 Communauté :

 Archives par sujets

 Evénement(s)du jour

 Liens

 Sujets

 Quizz :

 

 Espace Membre (uniquement disponible pour les personnes inscrites) :

 Téléchargement

 Votre compte

 Messages privés

 Administration :

 Comptes Administrateur

 
 
Galeries
 
 
les deux loups (partie 7 et fin)
Roman FeuilletonQuand les petits revinrent, toujours poursuivis, les feuilles du chêne jaunirent, puis brunirent et se raccornirent. Elles sentaient l'arrivée de la tempête.

La louve le sentit aussi et s'abbrita avec sa meute. Bientôt l'ouragan arriva dessus l'arbre. Mais le vent bestial ne fit que le décoifer et jeter quelques feuilles à terre, le feuillage résistait. Alors le blanc se pencha au travers des branches et parla longuement à sa mère, laissant tomber à terre ses poils pour tenir sa promesse, et même le gris calma un peu sa rage pour venir lui parler. Au bout d'un moment le vent, impatient, reparti de plus belle, emportant toutes les feuilles sur son passage.
Comme à son habitude la louve sortit, et comme d'habitude sa trace était décorée de perce-neige. Mais cette fois là quelque chose d'autre se passa. Dès qu'elle touchait une feuille, celle-ci laissait entre-voir un bourgeon, qui bientôt s'ancrait dans la terre, et grandissait. Et le chêne reformait sa parure, sous l'oeil extasié de la louve.
Les hommes dans le soleil arrivèrent bientôt, et toutes les feuilles et les fleurs, prirent une teinte jaune-orangée, brulée. Ils passèrent en trombe, suivi peu après par une frange grise. C'était le louveteau, qui avait pris un peu d'avance sur son frère, et venait s'excuser. Ses larmes fondirent sur le sol, le noyant dans un écrin de brume, puis il repartit en direction opposée. Le blanc vint juste après, et éclaira de son calme les couleurs que son frère avait provoquées, dont un ocre chatoyant pour le chêne. Il demanda à sa mère, au travers des branches, ou ce dernier était. Il le rejoignit quand il eut la réponse et bientôt les deux louveteaux repassèrent au-dessus de la meute, recommançant le cycle.
Et c'est depuis ce jour que les feuilles du chênes jaunissent quand vient l'hiver, c'est aussi depuis ce jour qu'on sait que l'hiver n'est pas fini tant qu'il n'a pas perdu toutes ses feuilles, car celles-ci permettent à louve de refaire la nature. C'est aussi depuis ce temps que des larmes de loups inondent le monde en automne après que le soleil d'été l'a brulé, et c'est aussi depuis ce temps qu'il y existe un redoux après la pluie, c'est le blanc qui cherche son frère.
Mais c'est surtout depuis ce temps que le vent chuchotte dans les arbres, résultat d'une discussion entre une mère et ses fils, dispensé par un fils d'homme héritié de la sagesse du blanc.





FIN
Proposé par : Snakeloup
 
 
Liens connexes
· Plus à propos de Roman Feuilleton
· Nouvelles transmises par Administrateur


L'article le plus lu à propos de Roman Feuilleton:
Fred part 3

 
 
Article Rating
Average Score: 0
Votes: 0

Please take a second and vote for this article:

Excellent
Very Good
Good
Regular
Bad

 
 
Options

 Format imprimable Format imprimable

 
 
Sujet(s) associé(s) à l'article

Roman Feuilleton
 

:: noteBored phpbb2 style by boo :: PHP-Nuke theme by www.nukemods.com ::



PHP-Nuke Copyright © 2004 by Francisco Burzi.
Logiciel gratuit que vous distribuer librement en respectant la licence GPL.
PHP-Nuke et distribué sans aucune garantie, pour plus de détails veuillez consulter la licence. phpnuke-europe pour la France

Les commentaires quand à eux, sont sous la responsabilité de ceux qui les écrivent. Tout le reste © 2000 by Café Des Amis.
page générée en 0.20 S