Le Café des Amis
Identification ou Inscrivez-vous  ::  Accueil  ::  Votre compte  ::  Forums  ::  le
 
Au Menu
 Menu :

 Accueil

 Recommandez-nous

 Proposez un lien

 Proposez un Evénement du jour

 Soumettre un article

 Contactez-nous

 Chat au comptoir

Actualité :

 

 Cinéma

 

 Interviews

 

 Littérature

 

 Musique

 

 Galeries du Café

 

 Communauté :

 Archives par sujets

 Evénement(s)du jour

 Liens

 Sujets

 Quizz :

 

 Espace Membre (uniquement disponible pour les personnes inscrites) :

 Téléchargement

 Votre compte

 Messages privés

 Administration :

 Comptes Administrateur

 
 
Galeries
 
 
Le pont du roi Saint Louis
Critique de cinémaLudovic est allé voir Le Pont Du Roi Saint-Louis au cinéma. Voici la critique très enthousiaste qu'il en a fait.

Bien. C'est un film qui sort du lot de ceux que l'on a l'habitude de voir, actuellement au cinéma. Pourquoi ?
Tout simplement parce qu'il est simple. Les scènes sont tournées sans excès de sensations, sans ces effets spéciaux qui semblent maintenant nécessaires à la réalisation d'un "bon" film. L'histoire est cependant complexe. Elle se bâtit sur un fait divers, au Pérou au XVIIème ou XVIIIème siècle : la chute d'un pont avec cinq passants. L'intérêt de l'histoire est de créer un lien entre ces cinq personnes. De constater que toutes se connaissent, mais qu'elles se retrouvent là par hasard. Le film est basé sur le hasard, mais aussi sur la part de l'action du Ciel sur ce hasard. Tout est suggéré ici. Une violence est omniprésente tout au long du film, mais il s'agit surtout d'une violence morale. Les personnages sont torturés de l'intérieur par l'Amour, qui celui de son prochain, qui celui de son coeur. Pour ce faire, les dialogues ne sont pas pléthores, cependant simples et allant à l'essentiel. Ce sont les attitudes et les visages surtout qui expriment la passion des personnages, leurs tourments intérieurs.
D'un point de vue philosophique, l'étude du déterminisme est intéressante dans le sens où quatre des victimes trouvent réconfort dans la mort, mais aucune finalement ne la méritait du fait de sa bonté. On voit aussi comment les sentiments et l'avilissement dû au pouvoir et à l'amour-propre masquent la réalité et la vérité, et inversement comment la réalité se moque des sentiments. Il faut à la Périchole contacter la petite vérole pour comprendre combien sa beauté était touchante, mais aussi comment son coeur était noble.
La critique de l'Inquisition est brûlante. Le bûcher qu'elle fait dresser pour l'homme qui a réhabilité les cinq victimes est une insulte à la vérité qu'elle connait parfaitement mais qu'elle se refuse d'accepter par prétention.
Deux histoire sont menées parallèlement : celle des cinq victimes et celle du moine qui entreprend l'étude de celle des victimes. Au bout du compte toute deux se terminent par la mort et c'est celle-ci qui crée le lien entre les personnage.
D'une histoire particulièremnt tragique, sur le plan morale et physique (la mort et la défiguration) le film arrive à donner une sensation de beauté, motivée par les sentiments et l'amour, que ce soit celui de Dieu, de son enfant ou de celui que procure Cupidon.
D'un point de vue cinématographique, on peut parler de réussite. Les images sont belles et la musique souvent entraînante malgré le tragique de la scène est bien adaptée et bien dosée. En aucun cas elle n'est violente, ni n'annonce les scènes à venir ce qui conserve l'espoir d'un jour meilleur pour les personnages tout au long du film. Le jeu de caméra est simple et les plans visent avant tout à montrer les personnages et leur visage, plutôt qu'à faire tourner la tête du spectateur.
Même s'il ne s'agit pas d'un Roméo et Juliette (il n'en a pas le physique) ce film nous plonge de manière implicite au coeur de l'amour passion, de celui qui torture l'âme et le corps, toujours de manière très suggérée. Et c'est cela qui fait sa beauté.
Malheureusement, et malgré la présence de De Niro, je doute qu'il rencontre un grand succès auprès du public actuel : il ne crée par la peur chez le spectateur mais chez les personnages, et c'est une peur morale et masquée. En revanche il incite le spectateur au doute.
Proposé par : ludovic
 
 
Liens connexes
· Plus à propos de Critique de cinéma
· Nouvelles transmises par Strawberry


L'article le plus lu à propos de Critique de cinéma:
je vais bien ne t'en fait pas

 
 
Article Rating
Average Score: 0
Votes: 0

Please take a second and vote for this article:

Excellent
Very Good
Good
Regular
Bad

 
 
Options

 Format imprimable Format imprimable

 
:: noteBored phpbb2 style by boo :: PHP-Nuke theme by www.nukemods.com ::



PHP-Nuke Copyright © 2004 by Francisco Burzi.
Logiciel gratuit que vous distribuer librement en respectant la licence GPL.
PHP-Nuke et distribué sans aucune garantie, pour plus de détails veuillez consulter la licence. phpnuke-europe pour la France

Les commentaires quand à eux, sont sous la responsabilité de ceux qui les écrivent. Tout le reste © 2000 by Café Des Amis.
page générée en 0.19 S