Le Café des Amis
Identification ou Inscrivez-vous  ::  Accueil  ::  Votre compte  ::  Forums  ::  le
 
Au Menu
 Menu :

 Accueil

 Recommandez-nous

 Proposez un lien

 Proposez un Evénement du jour

 Soumettre un article

 Contactez-nous

 Chat au comptoir

Actualité :

 

 Cinéma

 

 Interviews

 

 Littérature

 

 Musique

 

 Galeries du Café

 

 Communauté :

 Archives par sujets

 Evénement(s)du jour

 Liens

 Sujets

 Quizz :

 

 Espace Membre (uniquement disponible pour les personnes inscrites) :

 Téléchargement

 Votre compte

 Messages privés

 Administration :

 Comptes Administrateur

 
 
Galeries
 
 
John Lennon - Acoustic
Critique Musicale"Ce disque, je te l'offre, mais je sais c'est pas génial, car il me plait aussi, donc je me l'offre aussi un peu!", tel fut le commentaire de mon père lors de l'ouverture du présent qu'il venait de me tendre. Acoustic, "nouvel" album de Lennon décrié par la presse comme une arnaque, se révèle pourtant, du moins pour moi, comme un beau témoignage de la carrière de John. Bien mieux, émotionnellement, toutes ces chansons, pourtant si souvent écoutées, présentées ici véritablement nues (et non faussement "naked" comme le remix Beatles de l'an dernier), ne peuvent laisser de marbre l'amateur.

Une flûte de champagne, et les accords de Working Class Hero commencent. Ce soir, les deux divertissements ont un point commun: agréable, du grand choix, mais pas vraiment de surprise... En effet, l'entrée en matière se fait réellement avec la sobre "Love". A la guitare, au lieu du piano de la version originale, des paroles simples (toutefois si vraies...), mais une intension forte, belle. Comme si ce Noël ne s'annonçait pas si ennuyeux... Well well well le confirme bien, dans un rythme langoureux, assez loin des hurlements de Plastic Ono Band...


Look At Me, dans la même veine, s'apprécie par sa poésie et sa pureté. S'ensuit God, acoustique mais pourtant magistrale, telle la quiche préparée ce soir par ma mère... John ne croit plus en rien, mais en l'écoutant, on ne peut que croire en lui... Mais tous les doutes de God se ressentent tout à coup, se comprennent même avec My Mummy's Dead. Un regard craintif vers ma maman... Situation qui s'échange lors de Cold Turkey et l'image de la drogue... chanson terrible, dans tous les sens du terme.


La suite est comme Noël: on oublie les défauts pour ne pas gâcher la fête. Ainsi, les errements revendicatifs d'un Lennon politique, que j'avais très moyennement apprécié sur Sometimes In New York City apparaissent bien plus intéressants. Luck Of The Irish, malgré les braillements de Mme Ono (personne que j'apprécie par ailleurs, même si sa voix, surtout à cette époque, est pénible) est plutôt charmante. La rengaine de John Sinclair ne choque plus l'oreille, et Woman Is The Nigger Of the World, dans une version très raccourcie, est même délicieuse.


What You Got, inédite et son rythme effréné, est une chouette découverte... Watching The Wheels, à l'approche du dessert est la dose d'optimisme qui nous manque souvent... et dont John ne manquait pas en 80, comme le démontre ce titre ainsi que Dear Yoko, perle de gaieté et de bons sentiments. Real Love, sans nos trois héros de la version de 95 précède Imagine, le classique tellement rabaché, qui ne perd cependant pas de sa superbe, grâce notamment à la guitare qui donne ici un brin d'originalité à ce chef d'oeuvre intemporel, et espérons-le, un jour prophétique.


La soirée terminée, tout le monde dans ma petite famille se sépare. Dans ma chambre j'allume une cigarette durant l'ultime I'm Real, pour moi le point culminant de ce disque. Une minute de sifflements accompagnés de guitare sèche. Rien de révolutionnaire, mais juste cette jolie mélodie insouciante, entêtante... le genre d'air chanté par le genre de personnes qui vous donne envie d'écouter de la musique, d'en faire... ma cigarette seulement à moitié consumée, je me laisse tenter par un dernier Real Love. Mes pensées s'évadent, je sens un sanglot monter. Le vrai amour, voilà ce qu'on cherche tous, ce qu'on peine à trouver... Encore un sifflement, c'est si beau... enfin, un refrain d'extase; j'écrase ma cigarette.


Le cadeau facile et presque honteux de mon père, se retrouve tout compte fait, trois heures plus tard, être tout le contraire. Peut-être pas la force d'un chef d'oeuvre publié du vivant de Lennon, mais un témoignage, une ébauche de l'oeuvre de cette icône. Lennon, un mec rock'n'roll comme pas permis, mais également (surtout ?) un poète boulversant. Un album à vivre, comme moi en ce Noël, qui réflète la musique de John: une musique qui accompagne nos vies tous les jours, dans les doutes ou dans l'espoir.
Proposé par : Passant(e)
 
 
Liens connexes
· Plus à propos de Critique Musicale
· Nouvelles transmises par Armand


L'article le plus lu à propos de Critique Musicale:
The Who - ''Endless Wire''

 
 
Article Rating
Average Score: 5
Votes: 4


Please take a second and vote for this article:

Excellent
Very Good
Good
Regular
Bad

 
 
Options

 Format imprimable Format imprimable

 
 
Sujet(s) associé(s) à l'article

Critique Musicale
 

:: noteBored phpbb2 style by boo :: PHP-Nuke theme by www.nukemods.com ::



PHP-Nuke Copyright © 2004 by Francisco Burzi.
Logiciel gratuit que vous distribuer librement en respectant la licence GPL.
PHP-Nuke et distribué sans aucune garantie, pour plus de détails veuillez consulter la licence. phpnuke-europe pour la France

Les commentaires quand à eux, sont sous la responsabilité de ceux qui les écrivent. Tout le reste © 2000 by Café Des Amis.
page générée en 0.20 S