Le Café des Amis
Identification ou Inscrivez-vous  ::  Accueil  ::  Votre compte  ::  Forums  ::  le
 
Au Menu
 Menu :

 Accueil

 Recommandez-nous

 Proposez un lien

 Proposez un Evénement du jour

 Soumettre un article

 Contactez-nous

 Chat au comptoir

Actualité :

 

 Cinéma

 

 Interviews

 

 Littérature

 

 Musique

 

 Galeries du Café

 

 Communauté :

 Archives par sujets

 Evénement(s)du jour

 Liens

 Sujets

 Quizz :

 

 Espace Membre (uniquement disponible pour les personnes inscrites) :

 Téléchargement

 Votre compte

 Messages privés

 Administration :

 Comptes Administrateur

 
 
Galeries
 
 
Un long dimanche de fiançailles
Coup de coeurNotre dossier "coup de coeur" pour le roman de Japrisot et le film de Jeunet...
Regards croisés par Snakeloup et Zelda

Un long dimanche de fiançailles... Ou la fantastique de l'acharnement pour l'amour.
Par Snakeloup

Jeunet et Audrey Tautou.... on se rappele encore le charme un peu décalé et rafraichissant d'"amelie poulain". Dans cette oeuvre tendre, l'athmosphère propre à Jeunet se retrouve bien, entre une caméra maîtrisée qui donne des plans parfois sauvages, des acteurs impeccables bien que parfois dans des rôles à contre emploi (citons juste Jodie Foster en marchande de carotte), une intrigue prenante et originale. Le scénario est simplissime : une jeune fille amoureuse essaie de retrouver la trace de son amoureux, poilu de tranchée porté disparu, et ce six ans après la fin de la guerre. Cette jeune fille, incarnée à merveille par une Audrey Tautou resplendissante, va donc, à l'image d'un fin limier, remonter des pistes et flairer le gibier, jusqu'à....
Les acteurs sont tous phénoménaux, et les personnages incarnés paraissent plus réels que nature, avec un scénario tangible et solide, et la beauté des images, sans compter les décors du Paris des années 20, l'histoire pourrait être vraie. On se laisse rapidement emmené par le balet joyeux de tous ces éléments qui forment alors un moment cinématographique rare.
En conclusion, cette oeuvre n'est qu'un Jeunet de plus, mais comme à son habitude, maîtrisé à la perfection près et qui nous porte encore au travers de son talent dans un pur moment de plaisir.


Un long dimanche de fiançailles, une passionnante "enquête policière".
Par Zelda

On se demande à la lecture du roman comment le film de Jeunet a restitué le style de Japrisot, vif et alerte, souvent plein d'humour, parfois plus sombre mais toujours naturel comme un fil de pensées qui se déroulerait au sein du roman.

C'est en effet le roman de la voix intérieure, celle de Mathilde, paralysée des jambes, à qui on a annoncé la mort de son fiancé Manech.
Mathilde est persuadée que Manech est toujours vivant. Elle entame alors une série de recherches qui lui apportent des révélations surprenantes. Les nombreuses lettres qu'elle reçoit apparentent presque l'oeuvre à un roman épistolaire, et c'est cela surtout qui semble difficile à retranscrire à l'écran.

Au cours de cette histoire pleine de rebondissements, on frémit, on se réjouit avec Mathilde. Tour à tour attachante et agaçante, l'héroïne de Japrisot nous fait découvrir la Grande Guerre sous un autre aspect. Certes, le destin épouvantable des poilus dans les tranchées tisse la trame du roman, mais c'est avant tout le sort des veuves et des familles de combattants qui est dépeint de manière saisissante.

En ce sens "Un long dimanche de fiançailles" constitue le revers de "Voyage au bout de la nuit" (Céline) dans le corpus de la littérature de la première guerre mondiale. Japrisot, auteur à re-découvrir, impose son style sans chichis, et nous voilà conquis. On n'oubliera pas de sitôt la galerie de personnages secondaires tous plus attachants les uns que les autres, que caractérisent une onomastique recherchée : Bastoche, Bleuet, Cet Homme et les autres restent dans notre coeur, après la lecture, comme des individus réels avec leurs travers et leurs qualités.

On appréciera d'ailleurs tout particulièrement les peintures de l'enfance sous toutes ses formes, et qui, finalement, permet à Japrisot de conférer ce caractère humain à tous ses personnages.

L'humanité est en effet le trait principal de l'oeuvre, ce qui fait sa force. C'est sans doute pourquoi cette histoire de haine et d'amour est si passionnante, et s'élève à une portée universelle.
Proposé par : Snakeloup et Zelda
 
 
Liens connexes
· Plus à propos de Coup de coeur
· Nouvelles transmises par zelda


L'article le plus lu à propos de Coup de coeur:
The legend of Zelda

 
 
Article Rating
Average Score: 0
Votes: 0

Please take a second and vote for this article:

Excellent
Very Good
Good
Regular
Bad

 
 
Options

 Format imprimable Format imprimable

 
:: noteBored phpbb2 style by boo :: PHP-Nuke theme by www.nukemods.com ::



PHP-Nuke Copyright © 2004 by Francisco Burzi.
Logiciel gratuit que vous distribuer librement en respectant la licence GPL.
PHP-Nuke et distribué sans aucune garantie, pour plus de détails veuillez consulter la licence. phpnuke-europe pour la France

Les commentaires quand à eux, sont sous la responsabilité de ceux qui les écrivent. Tout le reste © 2000 by Café Des Amis.
page générée en 0.22 S