Le Café des Amis
Identification ou Inscrivez-vous  ::  Accueil  ::  Votre compte  ::  Forums  ::  le
 
Au Menu
 Menu :

 Accueil

 Recommandez-nous

 Proposez un lien

 Proposez un Evénement du jour

 Soumettre un article

 Contactez-nous

 Chat au comptoir

Actualité :

 

 Cinéma

 

 Interviews

 

 Littérature

 

 Musique

 

 Galeries du Café

 

 Communauté :

 Archives par sujets

 Evénement(s)du jour

 Liens

 Sujets

 Quizz :

 

 Espace Membre (uniquement disponible pour les personnes inscrites) :

 Téléchargement

 Votre compte

 Messages privés

 Administration :

 Comptes Administrateur

 
 
Galeries
 
 
Conférence sur les Beatles
Critique de DVD musicalDans le cadre du festival Paris-Cinéma, L'Entrepôt (14è) propose une rétrospective Rock & Cinéma, s'ouvrant avec la projection de Quatre garçons dans le Vent.

Le film est suivi d'une conférence donnée par Monsieur François Ribacq, compositeur, coordinateur du numéro de la revue Volume ! sur le rock et le cinéma et auteur de l'Avaleur de rock (à paraître aux éditions de la Dispute).

Une chose est sûre : Ribacq n'a pas la pédagogie infuse, et l'Entrepôt se révèle une nouvelle fois être une détestable salle de cinéma : le projectionniste ne comprend visiblement rien aux indications du conférencier, la stéréo rend l'âme au moment où on écoute religieusement l'entrée des instruments sur I Am the Walrus... autant d'incidents qui émaillent notre parcours sur la trace des Fab Four.

Cela dit le propos de Ribacq, s'il manque un peu de définition, s'avère très important pour comprendre la façon dont le rock et la pop ont réussi à s'imposer à travers les Beatles, et à dépasser les clichés de la country, des crooners de l'époque, en utilisant les media et les avancées technologiques de leur époque.

On comprend comment la façon de filmer a radicalement changé en comparant les apparitions des Beatles et de Cab Calloway au Ed Sullivan Show, par exemple : alors qu'on voit uniquement le corps de Calloway s'exprimer par ondulations diverses pour séduire un entourage invisible, pour nos amis les scarabées, les plans sur le public composé de gamines folles de joie abondent, le matériel est apparent et l'enthousiasme se peint sur les visages des membres du groupe.

Mais Ribacq nous fait part également de son expérience personnelle d'ado écoutant avec frustration des vinyles au son râpeux, se rendant à des concerts de rock et partageant une certaine communion avec les autres spectateurs. Pour cela, on appréciera son effort et sa spontanéité... et l'on ira jeter un oeil à L'avaleur de rock lorsqu'il sortira.

Proposé par : zelda
 
 
Liens connexes
· Plus à propos de Critique de DVD musical
· Nouvelles transmises par Administrateur


L'article le plus lu à propos de Critique de DVD musical:
DADI/LALANNE : Olympia 88

 
 
Article Rating
Average Score: 0
Votes: 0

Please take a second and vote for this article:

Excellent
Very Good
Good
Regular
Bad

 
 
Options

 Format imprimable Format imprimable

 
 
Sujet(s) associé(s) à l'article

Critique MusicaleExposition
 

:: noteBored phpbb2 style by boo :: PHP-Nuke theme by www.nukemods.com ::



PHP-Nuke Copyright © 2004 by Francisco Burzi.
Logiciel gratuit que vous distribuer librement en respectant la licence GPL.
PHP-Nuke et distribué sans aucune garantie, pour plus de détails veuillez consulter la licence. phpnuke-europe pour la France

Les commentaires quand à eux, sont sous la responsabilité de ceux qui les écrivent. Tout le reste © 2000 by Café Des Amis.
page générée en 0.19 S