Le Café des Amis
Identification ou Inscrivez-vous  ::  Accueil  ::  Votre compte  ::  Forums  ::  le
 
Au Menu
 Menu :

 Accueil

 Recommandez-nous

 Proposez un lien

 Proposez un Evénement du jour

 Soumettre un article

 Contactez-nous

 Chat au comptoir

Actualité :

 

 Cinéma

 

 Interviews

 

 Littérature

 

 Musique

 

 Galeries du Café

 

 Communauté :

 Archives par sujets

 Evénement(s)du jour

 Liens

 Sujets

 Quizz :

 

 Espace Membre (uniquement disponible pour les personnes inscrites) :

 Téléchargement

 Votre compte

 Messages privés

 Administration :

 Comptes Administrateur

 
 
Galeries
 
 
Eldorado de Electric Light Orchestra
Critique MusicaleEldorado est sans équivoque le seul album après le départ de Roy Wood qui ne soit pas une parodie de chansons Beatles ou des Move et qui a un propre style ainsi qu'une réelle puisssance que ce soit mélodique que sur sa production.

Eldorado nous est présenté comme une symphonie le titre exact étant Eldorado (A Symphony By Electric Light Orchestra) et étonement on ne nous ment pas, bien que le terme opéra ou oratorio aurait été plus adaequat !
L'album débute par une magnifique pièce instrumentale (avec une voix lointaine qui récite un texte) "Eldorado Overture" puis viens le hit de l'album "Can't Get It Out Of My Head" magistrale ballade classico pop. "Boy Blue" est un titre qui sera sans cesse recyclé par Jeff Lynne dans la suite de sa carrière (la construction mélodique et l'intro se retrouvent quasiment dans tout les albums suivant), mais avouons que "l'original" est vraiment la meilleure. "Laredo Tornado" avec ses différents ponts et cassures rythmique ainsi que ses couplets "lacivement" entêtant en font un vrai pilier de l'album.
"Poor Boy (In The Greenwood)" est une de ces chansons qui vous rentre dans la tête comme ça sans rien demander, étrangement cette chanson sous des airs vocaux de country, possède une puissance classico pop peut être rarement atteinte (les choeurs classique et l'orchestration sont magnifique); et comme la précédente elle possède une structure de toute beauté.
"Mister Kingdom" est surement le meilleur des pastiches beatlesien qui entacheront la suite de la carrière de ELO , pastiche qui lorgne sans aucun doute possible par ses couplets sur "Across The Universe" .
L'intro de "Nobody's Child" est splendide qui ne se confirme pas dans la suite de cette chanson lancinante, peut être la plus faible de l'album. Couplée avec la précédente "Illusions In G Minor" est un petit rock frais et sympa (que l'on retrouvera reçyclé plus tard sur Time et Hold On Tight dans Secret Message avec Rock'N Roll Is King ) avec un phrasé en intro typiquement emprunté à notre ami Jerry Lee Lewis .
"Eldorado" est toute droit sortie de l'univers du Bowie de Space Oddity en ce qui concerne le couplet du début, elle se couple avec la suivante qui est "Eldorado Finale" qui reprend le thème de "Eldorado Overture" et qui ferme ce concept que je nommerai de classico pop.
Que dire de plus que Eldorado est surement le meilleur Electric Light Orchestra surement largement supérieur à New World Record qui lui est trop accés sur le pastiche (Do Ya , Shangri La , Telephone Line , Livin' Thing ... grandes chansons mais trop pastichantes) et par la suite l'utilisation trop prédominant de synthétiseurs.
Proposé par : PierreL
 
 
Liens connexes
· Plus à propos de Critique Musicale
· Nouvelles transmises par Administrateur


L'article le plus lu à propos de Critique Musicale:
The Who - ''Endless Wire''

 
 
Article Rating
Average Score: 5
Votes: 2


Please take a second and vote for this article:

Excellent
Very Good
Good
Regular
Bad

 
 
Options

 Format imprimable Format imprimable

 
 
Sujet(s) associé(s) à l'article

Critique Musicale
 

:: noteBored phpbb2 style by boo :: PHP-Nuke theme by www.nukemods.com ::



PHP-Nuke Copyright © 2004 by Francisco Burzi.
Logiciel gratuit que vous distribuer librement en respectant la licence GPL.
PHP-Nuke et distribué sans aucune garantie, pour plus de détails veuillez consulter la licence. phpnuke-europe pour la France

Les commentaires quand à eux, sont sous la responsabilité de ceux qui les écrivent. Tout le reste © 2000 by Café Des Amis.
page générée en 0.20 S