Le Café des Amis
Identification ou Inscrivez-vous  ::  Accueil  ::  Votre compte  ::  Forums  ::  le
 
Au Menu
 Menu :

 Accueil

 Recommandez-nous

 Proposez un lien

 Proposez un Evénement du jour

 Soumettre un article

 Contactez-nous

 Chat au comptoir

Actualité :

 

 Cinéma

 

 Interviews

 

 Littérature

 

 Musique

 

 Galeries du Café

 

 Communauté :

 Archives par sujets

 Evénement(s)du jour

 Liens

 Sujets

 Quizz :

 

 Espace Membre (uniquement disponible pour les personnes inscrites) :

 Téléchargement

 Votre compte

 Messages privés

 Administration :

 Comptes Administrateur

 
 
Galeries
 
 
Printemps, été, automne, hiver et... printemps
Critique de cinémaUn film coréen intimiste sur nos écrans alors que de grosses productions telles que Starsky et Hutch ou Deux freres se disputent les entrées au box office ? Et il aurait la prétention d'attirer des spectateurs ? Printemps, été, automne, hiver et... printemps a de quoi intriguer.

Et les spectateurs assez curieux pour voir d'eux-mêmes de quoi il en retourne seront pleinement récompensés.

Voici un film lent, qui prend son temps pour raconter son histoire. Une histoire d'amour et de haine, de sagesse et de fureur qui se déroule dans deux lieux exclusivement : un temple isolé au milieu d'un fleuve, et une île où poussent des herbes médicinales.

Tout commence par un tableau délicat de la vie d'un vieil homme et d'un petit garçon. Ils vivent leur vie, rythmée par les prières et les voyages en barque, et tandis que le petit garçon grandit, il en découvre les leçons : la cruauté envers les faibles est toujours punie, le mal est une cicatrice irréparable.

C'est l'été et, devenu adolescent, le disciple prend conscience de son corps lorsqu'une jeune fille malade gagne le temple pour guérir. Tel le héros d'Hermann Hesse dans Narcisse et Goldmund le jeune homme décide de quitter son maître lorsque celui-ci chasse sa bien-aimée. Il reviendra, le coeur lourd d'enseignements, tandis que le rythme des saisons demeure inaltérable.

La morale de ce voyage initiatique, s'il y en a une, c'est donc que le cycle originel se poursuit malgré les vicissitudes de la vie humaine. En témoigne ce passage d'une drôlerie peu commune où deux policiers, de passage au temple, se plaignent de l'absence de réseau pour leurs portables ! Ils détonnent dans la splendeur des paysages naturels préservés de toute empreinte humaine.

S'il ya une chose à retenir de Printemps... c'est en effet la beauté majestueuse de la photographie. Les saisons apportent chacune une atmosphère, une couleur, une saveur particulière aux événements de l'intrigue. Ne serait-ce que pour cela, courez voir ce petit bijou coréen. Et voyagez... pour le prix d'un ticket de ciné !
Proposé par : zelda
 
 
Liens connexes
· Plus à propos de Critique de cinéma
· Nouvelles transmises par Administrateur


L'article le plus lu à propos de Critique de cinéma:
je vais bien ne t'en fait pas

 
 
Article Rating
Average Score: 0
Votes: 0

Please take a second and vote for this article:

Excellent
Very Good
Good
Regular
Bad

 
 
Options

 Format imprimable Format imprimable

 
 
Sujet(s) associé(s) à l'article

Critique de cinéma
 

:: noteBored phpbb2 style by boo :: PHP-Nuke theme by www.nukemods.com ::



PHP-Nuke Copyright © 2004 by Francisco Burzi.
Logiciel gratuit que vous distribuer librement en respectant la licence GPL.
PHP-Nuke et distribué sans aucune garantie, pour plus de détails veuillez consulter la licence. phpnuke-europe pour la France

Les commentaires quand à eux, sont sous la responsabilité de ceux qui les écrivent. Tout le reste © 2000 by Café Des Amis.
page générée en 0.19 S