Le Café des Amis
Identification ou Inscrivez-vous  ::  Accueil  ::  Votre compte  ::  Forums  ::  le
 
Au Menu
 Menu :

 Accueil

 Recommandez-nous

 Proposez un lien

 Proposez un Evénement du jour

 Soumettre un article

 Contactez-nous

 Chat au comptoir

Actualité :

 

 Cinéma

 

 Interviews

 

 Littérature

 

 Musique

 

 Galeries du Café

 

 Communauté :

 Archives par sujets

 Evénement(s)du jour

 Liens

 Sujets

 Quizz :

 

 Espace Membre (uniquement disponible pour les personnes inscrites) :

 Téléchargement

 Votre compte

 Messages privés

 Administration :

 Comptes Administrateur

 
 
Galeries
 
 
Roland Giraud - Biographie
Biographie cinémaNé sous le signe du poisson le 14 février 1942 à Rabat (Maroc), Rolland Giraud, voisin d'Albert Camus, navigua très tôt en eaux troubles.

Dès 1967; à peine agé de 25 ans, il commence sa carrière d'acteur dans un téléfilm: “Allô police”, en apparaissant dans l'épisode “réglement de comptes”. Mais déjà le mal est fait, car 2 ans plus tard il récidive avec un épisode de “Fortune”. Les planches, reconnaissant son talent naissant, le réclament à corp et à cri. Et c'est à Coluche qu'il doit de pouvoir les honorer pour la première fois en 1973 avec “Le crépuscule des lâches”. Qu'a-t-il fait de ces 6 ans? Il découvrait l'envers du décor, en tant que monteur, décorateur, luminariste, et autres petit boulots, il engrangeait ces connaissances qui lui permirent plus tard de devenir le monstre sacré que l'on sait, sans oublier ses premièrs véritables faits d'armes sur scène.
La preuve en est, après une année de théâtre, il rencontre enfin le grand écran dans un film de l'inimitable Michel Audiard: “Bons baisers... A lundi”, qui devint plus tard une sitcomm, mais c'est là une autre histoire. Depuis lors, Rolland Giraux n'a eu de cesse de flirté avec la célébrité, comme si le cinéma lui avait procuré un turbo dans sa carrière. Et M Giraud lui rendit bien ce service puisqu'il tourna pas loin d'une cinquantaine de film, dont “vous n'aurez pas l'alsace et la lorainne” de son parrain, Coluche, en 1977, “Les bronzés font du ski” de Poiré et 1979, “Papy fait de la résistance” du même Poiré en 1983, “Trois hommes et un couffin” de Colline Serrau en 1985, pour ne citer que le plus célèbres. Mais le cinéma n'est pas seul à profiter des largesses de cet incorrigible acteur, qui se donna; à coeur joies, à la télévision. On le voit ainsi prendre un plaisir visible dans de nombreux téléfims, étalés tout au long de sa vie, comme pour dire: “voyez à quel point je me sens heureux de vivre”.
Ainsi, sa joyeuse frimousse apparait tour à tour dans nombres de polars noirs, comme “Maigret et les témoins récalcitrant” en 1977, ou bien “Messieurs les jurés, l'affaire Cadet” en 1979, ou encore “Sueurs froides” en 1988. Mais il ne fit pas que des policiers et mit son talent en oeuvre dans d'autre registres, et notamment les séries “les mohicans de Paris” (de 1973 à 1975) et “chien et chat” (de 1991 à 1994), ou le registre comique, avec le fameux “Palace” dont il arpenta les couloirs à partir de 1988, ou “Les nuls” qu'il fréquenta en 1992.
Cela dit, c'est quand même envers son premier amour, le théâtre, que son coeur balance le plus.
En effet, il n'a de cesse d'y revenir, grisé par le contact avec un public de plus en plus conquis. Il fais son premier tour de force avec “Ginette Lacaze” qu'il intérpréta de 1973 à 1976; juste après “Le crépuscule des lâches” il passe directement du noviciat au marathon. Et continues de plus belle avec, entre autres, “La revanche de louis XI” (1976-1977), “Le père noël est une ordure” (1979); “Vive les femmes” (1982-1983) et j'en oublies.
Il va jusqu'à mélanger plusieurs activités au cours d'une même année, jouant parfois trois films en même temps, brûlant la scène et à la télé: ainsi, par exemple, l'année 1983 avec “Attention, une femme peut en cacher une autre” (G.Lautner), “Signes éxtérieurs de richesse” (J.Monnet), “Papy fait de la résistance” (J.M.Poiré), et “Vive les femmes” (C.Confortès) au cinéma, plus “Merci Bernard” à la télé, sans oublier la version théâtrale de “vive les femmes” qu'il joue depuis presque un an.
Aujourd'hui, un nouvel art tend les bras à cet enfant de la balle: la littérature, et avec la parution en 2003 de “Chagrin de vie” chez Michel Laffont, quand on sait le talent que contient cet homme là; on se demande bien à quoi vont ressembler ses prochaines années, et s'il a une notion du mot ennui.
Une grande oeuvre de vie orchéstrée par un grand monsieur. Et j'en ai oublié, aussi pour rendre justice à cet artiste complet, voici la chronologie par thèmes de toutes ses oeuvres Roland Giraud
Proposé par : Snakeloup
 
 
Liens connexes
· Plus à propos de Biographie cinéma
· Nouvelles transmises par Administrateur


L'article le plus lu à propos de Biographie cinéma:
Emmanuel Duchez par lui-même

 
 
Article Rating
Average Score: 4.5
Votes: 2


Please take a second and vote for this article:

Excellent
Very Good
Good
Regular
Bad

 
 
Options

 Format imprimable Format imprimable

 
 
Sujet(s) associé(s) à l'article

Biographie cinéma
 

:: noteBored phpbb2 style by boo :: PHP-Nuke theme by www.nukemods.com ::



PHP-Nuke Copyright © 2004 by Francisco Burzi.
Logiciel gratuit que vous distribuer librement en respectant la licence GPL.
PHP-Nuke et distribué sans aucune garantie, pour plus de détails veuillez consulter la licence. phpnuke-europe pour la France

Les commentaires quand à eux, sont sous la responsabilité de ceux qui les écrivent. Tout le reste © 2000 by Café Des Amis.
page générée en 0.16 S