Le Café des Amis
Identification ou Inscrivez-vous  ::  Accueil  ::  Votre compte  ::  Forums  ::  le
 
Au Menu
 Menu :

 Accueil

 Recommandez-nous

 Proposez un lien

 Proposez un Evénement du jour

 Soumettre un article

 Contactez-nous

 Chat au comptoir

Actualité :

 

 Cinéma

 

 Interviews

 

 Littérature

 

 Musique

 

 Galeries du Café

 

 Communauté :

 Archives par sujets

 Evénement(s)du jour

 Liens

 Sujets

 Quizz :

 

 Espace Membre (uniquement disponible pour les personnes inscrites) :

 Téléchargement

 Votre compte

 Messages privés

 Administration :

 Comptes Administrateur

 
 
Galeries
 
 
Epîtres
PoèmeUn poème, vous avez dit poème ? non c'est un Serpent de poème voir même un loup de poème....

Par les cris des enfants
Qui jouent sur cette terre
Par les périls du vent
Qui chassent la misére
Par les mots du présents
Par les paroles d'hier

Et puis mes sentiments
N'en ont plus rien à faire
De tous ces bonniments
Et de ces tristes guerres
Entre les livres ardent
Et les mots des enfers

Sur ta bouche cette nuit
J'aurais voulu laisser
Mes lêvres dériver
Pendant toute une vie
Que nous soyons aimés
Que nous soyons maudits

Sur ton âme fleurie
Mon coeur ce matin
S'est posé sans soucis
Pour te tendre la main
Un peu de poésie
Et de tendr' lendemains

Par les pleurs d'un enfant
Par les joies de l'hiver
Par ces sentiments
Par ces tendres prières
Je repousse l'instant
Je regarde en arrière

Pour t'avoir aimée
Sans t'avoir maudit
Pour ton amitié
Pour toutes ces folies
Qui nous ont rencontrés
Qui ont ravi mes nuits

Sur mon coeur écorchée
Ton âme bien étendue
S'est encore régalée
De ce fruit défendu
Pour nos amours entiers
Sans avoir combattu

Par mes tendres pensées
Que tu as reconnues
Pour toutes ces idées
Que tu as déjà lues
J'ai jeté à tes pieds
Mon âme toute nue

Mes lêvres décousues
Pour avoir trop parlé
Se sont bientôt parées
Et tendrement vêtues
Pour ce chaste baiser
Que jai entr'apperçu

Par toutes ces prières
Que je t'ai racontées
Qui chassent la misère,
Que je t'ai murmurées
Sur mon âme de poussière
Et pour l'éternité

Sans un triste passé
En pensant à demain
Par ce bonheur tenté
J'ai voulu prendre ta main
Comme l'oiseau de l'été
Chante au petit matin

Comme les cris des enfants
Jouant dans la poussière
Comme les cris du temps
Chassant toute misère
Mes mots bien incertains
Ont envahient la terre

Par le prix d'une pièce
Par le coût d'un péché
Avant que disparaisse
Mon coeur éffarouché
Avant que je te blesse
Permet moi de t'aimer

Sur des terres alcalines
Mon corp s'est éffondré
Par tes yeux d'opaline
Tu m'as réscucité
Par ta bouche caline
Tu m'as fait respirer

Par ton tendre sourire
Par tes mots enlacés
Par tout mon repentir
De n'avoir su t'aimer
J'aimerais bien me blottir
Aux creux de tes pensées

Ta bouche tentatrice
Devant moi s'est vêtue
De ces tendres délices
Qui me sont parvenus
De ces instants propices
Que nous avons vécu

Pour tes yeux de saphir
Qui chantent la libérté
Pour tes subtils sourires
Qui crient la vérité
Par ces mots de papier
Pour tous ces souvenirs

Je vous salue ma mie (sur l'air de "je vous salues Marie" de M Georges BRASSENS)
Proposé par : snakeloup
 
 
Liens connexes
· Plus à propos de Poème
· Nouvelles transmises par Administrateur


L'article le plus lu à propos de Poème:
Opinion sur la poésie comorienne

 
 
Article Rating
Average Score: 5
Votes: 1


Please take a second and vote for this article:

Excellent
Very Good
Good
Regular
Bad

 
 
Options

 Format imprimable Format imprimable

 
 
Sujet(s) associé(s) à l'article

Poème
 

:: noteBored phpbb2 style by boo :: PHP-Nuke theme by www.nukemods.com ::



PHP-Nuke Copyright © 2004 by Francisco Burzi.
Logiciel gratuit que vous distribuer librement en respectant la licence GPL.
PHP-Nuke et distribué sans aucune garantie, pour plus de détails veuillez consulter la licence. phpnuke-europe pour la France

Les commentaires quand à eux, sont sous la responsabilité de ceux qui les écrivent. Tout le reste © 2000 by Café Des Amis.
page générée en 0.18 S