Le Café des Amis
Identification ou Inscrivez-vous  ::  Accueil  ::  Votre compte  ::  Forums  ::  le
 
Au Menu
 Menu :

 Accueil

 Recommandez-nous

 Proposez un lien

 Proposez un Evénement du jour

 Soumettre un article

 Contactez-nous

 Chat au comptoir

Actualité :

 

 Cinéma

 

 Interviews

 

 Littérature

 

 Musique

 

 Galeries du Café

 

 Communauté :

 Archives par sujets

 Evénement(s)du jour

 Liens

 Sujets

 Quizz :

 

 Espace Membre (uniquement disponible pour les personnes inscrites) :

 Téléchargement

 Votre compte

 Messages privés

 Administration :

 Comptes Administrateur

 
 
Galeries
 
 
Woody Allen - Par Pierre L
Biographie cinémaWoody Allen, réalisateur, acteur et auteur américain de son véritable nom : Allen Stewart Konigsberg - est né à Brooklyn (New York), le 11 décembre 1935. Étudiant à la High School de Midwood, à l'âge de 17 ans il envoie ses premiers gags à des magazines.
Un agent de presse de Broadway l'engage, pour 25 dollars par semaine,...

ce qui l'amène à abandonner ses études à l'Université de New York, puis au City College. Il écrit pour des comiques comme Bob Hope, Jack Paar, Art Carney ou Sid Caesar.
A 22 ans, Woody Allen gagne 1500 dollars par semaine comme rédacteur du show télévisé de Gary Moore. C'est alors que deux agents new-yorkais, John Rollins et Charles Joffe, l'encouragent à écrire pour lui-même. En 1961, il se produit au cabaret : il est la révélation du "Bitter End", de Greenwich Village. A la télévision, il remporte aussitôt un très grand succès. En 1964, il écrit son premier scénario, WHAT 'S NEW PUSSYCAT? que tournera Clive Donner.
Il écrit des pièces de théâtre: " Don't Drink the Water", qui sera joué à New York pendant deux ans; "Play it Again Sam", qu'il interprète à Broadway. Clarinettiste doué pour le "Dixieland", il monte son propre orchestre, "The Ragtime Rascals", et entegistre plusieurs albums. Il rédige des articles pour " Life", " Playboy" ou le " New Yorker" et écrit des livres ("Pour en finir une bonne fois pour toutes avec la Culture"; "Dieu, Shakespeare et Moi"; "Destins tordus").
En 1966, un film japonais d'espionnage, KAGI NO KAGI, tourné en 1964 et réalisé par Senkichi Taniguchi, est soumis à Woody Allen, celui-ci remonte le film, refait le doublage en anglais, la musique, ajoute un commentaire et plusieurs séquences dont il est l'interprète, le transformant en une comédie burlesque qui sera distribuée sous le titre de WHAT IS UP TIGER LILY ?..
En 1968, il écrit interprète et signe la mise en scène de son premier film : PRENDS L'OSEILLE ET TIRE-TOI. Il remporte l'Oscar de la mise en scène et du scénario en 1978, pour ANNIE HALL.
Woody Allen s'est marié à trois reprises et a divorcé deux fois : d'Harlene Rosen, dont il s'est séparé en 1959; de Louise Lasser qu'il quitte en 1970; Soon Yi (fille adoptive de Mia Farrow sa compagne des années 80).

Après le triomphe public et critique d'ANNIE HALL (1977), Woody Allen, pour la première fois de sa carrière, signe avec INTÉRIEURS -dans lequel il ne joue d'ailleurs pas - une oeuvre totalement dramatique. Ce film austère fait ouvertement référence à Ingmar Bergman dont il rappelle la rigueur et le climat étouffant des oeuvres consacrées à la mort d'un amour et à l'enfer des familles désunies.
Avec MANHATTAN, qui reçut le César du Meilleur film étranger, W. Allen revient à l'inspiration quasi-autobiographique qui avait fait la richesse d'ANNIE HALL. Woody y incarne un écrivain aux prises avec une vie sentimentale plutôt perturbée, entre une ancienne épouse -où se révèle une Meryl Streep encore peu connue - une nouvelle liaison - qu'interprète Diane Keaton - et une toute jeune fille de dix-sept ans, jouée par Mariel Hemingway. Les superbes images de Manhattan, en cinémascope et en noir et blanc, signées Gordon Willis, traduisent à merveille J'amour porté par W. Allen aux paysages new-yorkais dont il a fait des protagonistes essentiels de son film.
W. Allen était alors au faîte de sa gloire et c'est sans doute pourquoi STARDUST MEMORIES suscita quelque déception chez nombre de ses admirateurs. Tourné une fois encore en noir et blanc, ce film ne put échapper à la référence du HUIT ET DEMI de Fellini (1963): son héros, Sandy Bates, est en effet un cinéaste en proie aux affres de la création et dont les fantasmes artistiques ne font pas bon ménage avec les dures réalités de sa vie sentimentale. Un des personnages du film exprime d'ailleurs bien l'idée que se font les Bates, Fellini et autres Allen de leur métier: " Ils filment leur moi qui souffre et ils appellent ça de l'art."
COMÉDIE ÉROTIQUE D'UNE NUIT D'ÉTÉ renoue avec la veine illustrée par GUERRE ET AMOUR (1975). C'est une brillante comédie, qui se déroule à la campagne au début du X~C siècle et n'est pas sans évoquer l'univers de Tchékhov et, aussi, celui de Bergman et de ses SOURIRES D'UNE NUIT D'ÉTE (1955).
Dans ZELIG, commencé en 1980 et terminé en 1983, W. Allen semble réaliser un rêve impossible: en effet, le brillant intellectuel juif qu'il est, encombré d'un " moi " obsédant au point de constituer le centre de toute son oeuvre, peut enfin, le temps d'un film et sous les traits de Leonard Zelig, ressembler à Monsieur Tout-leMonde, noircir lorsqu'il est avec un Noir, sentir ses yeux se brider lorsqu'il rencontre un Asiatique, être une sorte d'homme-caméléon sans personnalité.
Il va de soi que le naturel de Zelig/Allen revient au galop: l'" anti-héros " finit par occuper le devant comme la totalité de la scène en raison même de sa prétendue transparence !
Dans BROADWAY DANNY ROSE, Allen joue un imprésario de numéros ringards. Il y est amoureux de Tina, interprétée par Mia Farrow qui, depuis COMÉDIE EROTIQUE déjà, a remplacé Diane Keaton, sur l'écran et dans la vie, dans le coeur du cinéaste. Un nouveau César du Meilleur film étranger vint, début 1986, récompenser LA ROSE POURPRE DU CAIRE, réflexion nostalgique sur la fascination qu'exerce le cinéma.
HANNAH ET SES SOEURS, nouvelle réussite appréciée tant par la critique que par le public français, fut lui aussi présenté hors compétition au 39e Festival de Cannes.

Woody Allen élabore son œuvre avec une régularité sans doute unique dans l'histoire du 7e Art. Chaque année, au début de l'automne, il donne le premier tour de manivelle d'un tournage qui va durer de six à huit semaines pour aboutir, en décembre, au premier bout à bout d'un film qu'il va s'employer, de janvier à mars, à modifier, à compléter, voire à refaire, comme SEPTEMBER, jusqu'à ce que le résultat final lui donne satisfaction. Il peut alors se consacrer, de mars à mai, à l'écriture du scénario du prochain opus, qui sera mis en chantier au début de l'automne, terminé en décembre et ainsi de suite, année après année...

Cette activité quasi permanente est grandement facilitée par la collaboration fidèle d'un personnel artistique et technique qui jouit de la confiance totale du cinéaste, dont chacun connaît les méthodes de travail, les exigences et l'humeur. Ainsi ses producteurs savent qu'il a le souci de se tenir dans les limites d'un budget d'autant plus modeste que les plus grandes vedettes acceptent, pour le plaisir d'être dirigées par lui, des cachets très inférieurs à leur standing.

Carlo Di Palma, Gordon Willis, ses directeurs de la photographie favoris, connaissent ses goûts en matière d'éclairage; quant aux décorateurs Santo Loquasto et Mel Bourne, à la monteuse Susan E. Morse, ils vont au-devant de ses désirs pour créer l'environnement de ses films ou leur imprimer ce rythme soutenu et allègre qui les caractérise. Enfin, Diane Keaton puis Mia Farrow, compagnes, comédiennes et muses de Woody Allen, ont joué un rôle capital dans la conception même d'une œuvre qui ne saurait se passer de leur talent, de leur fantaisie et de leur charme.

Une œuvre mieux connue et appréciée en France, et particulièrement à Paris, que dans son pays d'origine. En effet, le public parisien a pris l'habitude de son rendez-vous annuel avec le " petit monde " de Woody. Il lui arrive, rarement, de bouder son plaisir : SEPTEMBER, hommage du cinéaste à son maître Ingmar Bergman, n'a rassemblé que 50 000 spectateurs en exclusivité parisienne. UNE AUTRE FEMME, OMBRES ET BROUILLARD, MARIS ET FEMMES ont attiré de 250 000 à 300 000 fidèles. CRIMES ET DÉLITS, avec ses 350 000 admirateurs, se classe à bonne distance derrière RADIO DAYS, MAUDITE APHRODITE, COUPS DE FEU SUR BROADWAY dont l'audience tourne autour de 450 000 spectateurs. HARRY DANS TOUS SES ÉTATS, avec quelque 500 000 entrées, ALICE et TOUT LE MONDE DIT " I LOVE YOU ", autour de 600 000, et MEURTRE MYSTÉRIEUX À MANHATTAN, plus de 700 000 spectateurs, rejoignent ANNIE HALL (1977, 550 000), HANNAH ET SES SOEURS (1986, 620 000) et MANHATTAN (1979, 700 000), au palmarès des grands succès parisiens de Woody Allen, dont la première place revient à LA ROSE POURPRE DU CAIRE (1985) avec un record de 772 000 entrées.

Interprète de nombre de ses films, Woody Allen a aussi été celui de KING LEAR, de Jean-Luc Godard (1987), et de SCÈNES DE MÉNAGE DANS UN CENTRE COMMERCIAL (Paul Mazursky, 1991) AL & WILLY (1995 avec Peter Falk, délirant film sur un « couple » d'humoristes sur le come back) ou MORCEAUX CHOISIS (2000 avec Sharon Stone). Il a prêté sa voix au dessin animé FOURMIZ (Antz, Eric Darnell et Tim Johnson, 1998). Il a également réalisé et interprété un téléfilm, "Don't Drink the Water" (1994), adapté de sa pièce créée en 1966 à New York.


À ses moments perdus, Woody Allen joue de la clarinette dans son propre orchestre de jazz. La documentariste Barbara Kopple a suivi en 1996 la tournée de cet orchestre en Europe et en a rapporté un film, WILD MAN BLUES (1998).

Proposé par : PierreL
 
 
Liens connexes
· Plus à propos de Biographie cinéma
· Nouvelles transmises par Administrateur


L'article le plus lu à propos de Biographie cinéma:
Emmanuel Duchez par lui-même

 
 
Article Rating
Average Score: 6
Votes: 4
Please take a second and vote for this article:

Excellent
Very Good
Good
Regular
Bad

 
 
Options

 Format imprimable Format imprimable

 
 
Sujet(s) associé(s) à l'article

Biographie cinéma
 

:: noteBored phpbb2 style by boo :: PHP-Nuke theme by www.nukemods.com ::



PHP-Nuke Copyright © 2004 by Francisco Burzi.
Logiciel gratuit que vous distribuer librement en respectant la licence GPL.
PHP-Nuke et distribué sans aucune garantie, pour plus de détails veuillez consulter la licence. phpnuke-europe pour la France

Les commentaires quand à eux, sont sous la responsabilité de ceux qui les écrivent. Tout le reste © 2000 by Café Des Amis.
page générée en 0.22 S